Présentation

Les Franches-Montagnes, vous connaissez ?

 

Ce haut-plateau du Jura suisse est apprécié pour ses pâturages ponctués de sapins séculaires sous lesquels se prélasse une célèbre race de chevaux de loisir. Paradis des amoureux de la nature, les Franches-Montagnes recèlent encore une autre curiosité : celle d’être l’un des centres mondiaux de la fabrication des boîtiers de montres qui, ici, portent le nom de « boîtes de montres ».

 

Pour conjurer les longs hivers et une nature plutôt hostile, les autochtones avaient pris l’habitude de compléter leurs activités agropastorales par des travaux manuels (tournage du bois, dentelle, sidérurgie de petit volume). Dès les années 1700, ils furent appelés, sous l’influence des horlogers genevois puis neuchâtelois, à confectionner cabinets de pendules et boîtes de montres.

 

 

 

Trois siècles d’histoire

 

Au cours du XVIIIème siècle, la fabrication des boîtes de montres se répand massivement. Pratiquée essentiellement durant l’hiver, elle regroupe, en de petits ateliers domestiques, deux ou trois artisans qui travaillent manuellement, usant de rouets pour entraîner leur modeste outillage.

 

Cependant, c’est au XIXème siècle que cette occupation tend à s’imposer, reléguant peu à peu l’agriculture au rang d’activité annexe. Après 1890, des ateliers de plus en plus vastes voient le jour, bénéficiant désormais de la lumière et de la force électrique.

 

A l’aube du XXème siècle, on dénombre plus de monteurs de boîtes or, argent ou métal vil au Noirmont (1900 habitants à l’époque) qu’à La Chaux-de-Fonds, qui compte alors 23’000 habitants. L’un des treize Bureaux fédéraux de contrôle des métaux précieux est ouvert au Noirmont en janvier 1884.

 

Après une période de turbulences, ponctuée par deux guerres mondiales et des crises économiques majeures (période 1914-1945), l’industrie horlogère connaîtra un véritable âge d’or qui s’essoufflera peu après 1970, consécutivement à une crise pétrolière et à l’apparition des premiers mouvements à quartz.

 

 

 

Le royaume du « haut de gamme »

 

Revitalisée depuis les années 1990 grâce à une production qui associe désormais micromécanique de prestige et bijouterie, la boîte de montre est actuellement le principal secteur économique des Franches-Montagnes.

© 2015 Musée de la Boîte de Montre - Empreinte communication Sàrl Le Noirmont